lundi 29 septembre 2014

Les villes ont-elles un goût ? Barcelone et le goût des panellets aux pignons… CM#30 tome 4

Les villes ont-elles des goûts et des odeurs, comme quelque chose d'impalpable qui ferait qu'on a une irrépressible envie de les dévorer ?

C'est en tout cas ce qu'il me semble en arrivant de Londres où les odeurs de malte, de pies et de crème semblaient tellement… Et voilà qu'un coup d'avion d'à peine deux heures, et tout ça me semble loin, si loin en arrivant à Barcelone ! Barcelone la ville aux mille couleurs révèle en effet bien d'autres odeurs et d'autres saveurs.
Et comme en arrivant je suis tombé dans ma chambre sur une petite attention, sur un livre racontant ce qui se mange par ici, un livre aussi truffé de recettes catalanes, forcément je n'ai pas pu m'empêcher de le feuilleter et de me demander qu'elle serait LA recette si je ne devais ne choisir qu'une recette, une seule recette pour résumer cette ville !
C'est comme ça que j'ai eu envie de fruits secs, d'amandes et de pignons, de douceur, de fondant et de croquant, et j'ai aussi eu envie de tricher un peu parce que pour moi Barcelone a forcément une pointe d'odeur de cannelle, comme dans le chocolat que j'irais manger demain chez Viader…  Mais ça c'est une autre histoire…
Panellets aux pignons
Ingrédients : 250g de poudre d'amandes - 200g de sucre - 1 œuf, blanc et jaune séparé - 250g de pignons de pin - Quelques pincées de cannelle

Mélangez le sucre, la poudre d'amandes et quelques pincées de cannelle dans un saladier. Ajoutez le blanc d'œuf rapidement battu et mélangez le tout jusqu'à obtenir une pâte homogène qui reste un peu craquante.
Faites des boulettes d'environ 15g avec cette pâte.
Trempez les boules très rapidement dans le jaune puis prenez une poignée de pignons dans la main, déposez une boulette dessus et écrasez de manière à incruster les pignons dans la pâte. Ce n'est pas évident les pignons n'ayant pas très envie de rentrer dans la pâte. Redonnez leur une forme bien ronde.
Déposez les panellets au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Une fois tous les panellets prêts enfournez les dans un four préchauffé à 200° pendant une dizaine de minutes, surveillez-les bien  car les pignons peuvent très vite brûler, ils doivent juste être dorés, peut-être un peu plus que les miens d'ailleurs. Ne les cuisez pas trop ils deviendraient durs comme des cailloux… ce qui montre bien qu'il faut se méfier des recettes qui paraissent simples !
Je vous rappelle que vous pouvez suivre mes aventures sur Citadines Moments #30 et voter pour moi et peut-être ainsi avoir vous aussi une chance de gagner un des séjours en jeu à l'occasion de ce trentième anniversaire de Citadines ! 
Article sponsorisé

Mais pourquoi, bon est-ce que je vais battre le record de repas en une journée à Barcelone ??? est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 28 septembre 2014

Dernier plaisir à Londres avant de rejoindre Barcelone ! Crazy fruity crunchy fudge in London ! CM#30 Tome 3 !

Ayé c'est presque fini, juste le temps de me poser une dernière fois la question, qu'est-ce que je vais bien pouvoir manger ce soir, un sunday afternoon in London, et le temps de replier des bagages mal ouverts et…
N'empêche que j'ai eu envie de cuisiner une dernière fois, de laisser une odeur sucrée dans ma cuisine, une odeur qui me ressemble et qui ressemble aussi à cette ville que j'aime tant, un fudge forcément, ça ne pouvait sans doute pas être au chose…
Crazy fruity crunchy fudge in London !
Ingrédients : 300g de chocolat noir – 50g de chocolat au lait – 30g de beurre demi-sel  - 1 boîte de lait concentré sucré (397g) - 60g de mélange de fruits sec et de noix – 60g de cookies au chocolat – 45g de framboises – 45g de myrtilles
Hachez grossièrement le mélange de fruits secs et de noix et les cookies. Séparez dans deux bols le mélange de fruits secs et de noix puis ajoutez la moitié des cookies dans chaque bol.
Dans un des bols ajoutez les framboises et les myrtilles et mélangez le tout rapidement.
Hachez les chocolats et mettez-le dans un saladier en compagnie du beurre coupé en cubes. Faites fondre le tout au micro-ondes ou au bain marie.
Quand le chocolat est fondu ajoutez le lait concentré sucré que vous aurez réchauffé au micro-ondes et mélangez le tout rapidement.
Ajoutez le bol contenant seulement des fruits secs, des noix et des cookies et mélangez encore rapidement.
Pour avoir un joli fudge bien onctueux et qui n'aura pas un côté granuleux il ne faut surtout pas remuez trop longtemps, donc dès que le mélange est homogène arrêtez surtout de mélanger.
Versez le contenu de l'autre bol sur un moule couvert de film alimentaire puis couvrez avec la pâte. Tassez légèrement avec le dos d'une cuillère, légèrement pour ne pas trop écrasez les fruits.
Laissez ensuite refroidir, puis placez-le au réfrigérateur jusqu'à ce que le fudge soit suffisamment dur, il va de toute manière rester un peu chewy comme disent les anglo-saxons, c'est-à-dire un peu fondant dedans, donc pas totalement dur.
Ensuite vous n'avez plus qu'à couper en fins quartiers et à déguster. Et surtout attention comme il est composé aussi de fruits frais il ne va pas se garder longtemps, mais ça ça ne devrait pas poser trop de problèmes…
Je vous rappelle que vous pouvez suivre mes aventures sur Citadines Moments #30 et voter pour moi et peut-être ainsi avoir vous aussi une chance de gagner un des séjours en jeu à l'occasion de ce trentième anniversaire de Citadines ! 
Merci à toutes les équipes du Citadines Prestige Holborn-Covent Garden pour leur accueil, leur accompagnement, leurs efforts de traduction et tout le reste... ne fermez pas trop vite ma chambre j'ai bien bien envie d'y revenir !
Article sponsorisé

Mais pourquoi, un dessert à Barcelone, qu'est-ce que ça pourrait bien être… est-ce que je vous raconte ça…

Et si le bonheur de notre estomac était juste sous notre nez… Manger à Londres, le plus difficile c'est choisir ! CM#30 tome 2 !

Quand je venais à Londres avant, j'arrivais bardé d'adresses, de guides, d'envies précises… mais ça c'était avant comme disait l'autre.
Aujourd'hui à Londres, comme ailleurs, j'arrive plutôt les mains dans les poches, même si j'ai bien en tête quelques petites adresses qui m'ont été soufflées, et je pars comme ça à la rencontre de ma faim, le nez au vent à la recherche d'odeurs attirantes. J'aime sortir et trouver pas loin quelques petites adresses où je pourrais retourner si l'envie me reprend, de ces adresses qui sont au pied de ma porte plutôt que celles qui vont me faire traverser toute la ville…
Et comme en ce moment je suis au Citadines Prestige Holborn-Covent Garden c'est par là que je vais aussi vous entrainer pour essayer de vous ouvrir l'appétit avec quelques adresses à manger ou à boire !
L'Angleterre qui se mange a bien changé depuis la première que je suis venu par ici il y a bien bien longtemps. A cette époque-là, le problème c'était de trouver où manger, alors qu'aujourd'hui le problème est de choisir où manger… et ça change tout !
C'est en me glissant dans les petites rues jouxtant la station de métro Holborn que j'ai trouvé mes deux coups de cœur de par ici.
Le Fleet River Bakery est un de ces endroits comme il en fleurit de plus en plus à Londres et où il est bien agréable de poser les fesses. Ces endroits-là ont souvent la même manière de faire, du frais, du fait maison et un petit quelque chose de plus dans l'accueil, ça parait simple, mais si cela pouvait s'importer dans bien des endroits par chez nous… 
Rendez-vous là pour un petit déjeuner gourmand, les scramble eggs étaient épicés en diable et le jam flap jack juste parfait, ou pour un déjeuner rafraîchissant, goûtez leurs burgers et leurs gâteaux à la part, mais surtout surtout ne faites pas comme moi, n'hésitez pas à retourner commander, sinon vous verrez que finir leur ultimate chocolat cake et leur carrot cake au même repas…
Choisir un pub est un art difficile parce qu'on se trompe trop souvent sur ce qui fait vraiment le charme de l'endroit. Parce que finalement, boire, manger, s'asseoir ne sont que des choses accessoires dans un pub, dans un pub on va d'abord être avec les autres ! Presque y vivre avec eux !
Un pub vide sans ces gens debout, souvent devant, qui refont le monde ou plus simplement se racontent leur journée ou leur semaine, risque d'être vite triste et sans intérêt. Et la Ship Tavern qu'il faut aller chercher n'est pas de ces endroits-là, on y boit bien sûr, mais joyeusement au milieu des autres, juste comme il faut, avec juste ce qu'il faut de musique le vendredi soir, pour avoir envie de raconter votre vie à votre voisine, même si vous ne la connaissiez pas il y a…
Et si vous avez d'autres envies par ici vous pouvez aussi vous frotter à la cuisine Coréenne en vous attablant, attention il ne faut pas crainte ni le bruit, ni d'être un peu dans l'assiette de votre voisin, chez Kimchee le Wagamama de la cuisine coréenne. 
Vous pouvez aussi suivre les conseils d'Emilie et vous attabler chez Asadal le petit coréen que vous trouverez au pied du métro et manger-là plus paisiblement et tout aussi bien.
Et pour finir, si le beau temps vous prends allez donc ramasser un panier garni chez Leon, l'incontournable Leon et allez poser vos fesses dans un des nombreux parcs de par ici. Et faites comme ces gens heureux de Russel Park un de mes préférés de par ici… profitez, profitez, profitez !
Je vous rappelle que vous pouvez suivre mes aventures sur Citadines Moments #30 et voter pour moi et peut-être ainsi avoir vous aussi une chance de gagner un des séjours en jeu à l'occasion de ce trentième anniversaire de Citadines !
Article sponsorisé

Mais pourquoi, et si on allait un peu plus loin pour manger ??? est-ce que je vous raconte ça…

samedi 27 septembre 2014

Quand les voyages ouvrent l'appétit rien de mieux qu'une omelette de célibataire ! Omelette aux chips au parmesan et aux cives… CM#30 tome 1 !

Ça y est, mon périple Citadines Moments #30 a commencé par un premier arrêt londonien et je me rends compte que depuis longtemps j'avais perdu l'habitude de voyager seul… tout seul !
Depuis longtemps je voyage maintenant à deux, trois, quatre et surtout cinq, depuis bien bien longtemps. La première fois que j'ai mis les pieds dans un Citadines c'était d'ailleurs déjà à trois…
A cette époque-là, nous apprenions à devenir des parents avec Marie et nous étions partis du côté de Barcelone avec un petit truc qui aurait pu tenir dans un sac… Enfin si ma merveille, ma première fille, avait compris que l'on peut s'arrêter de bouger et de crier à un moment dans la journée, juste un moment… Mais je vous reparlerai de ça quand je serai à Barcelone d'ici quelques jours.
Aujourd'hui, c'est donc Londres et comme le matin n'est pas vraiment... ceux qui me connaissent un peu savent qu'un ours sommeille en moi surtout le matin ! 
Du coup pouvoir prendre mon temps le matin, loin du bruit et de la fureur des autres c'est quelque chose qui me va bien. Ça me va bien de prendre un premier thé, de commencer à me rappeler mon nom et quelques autres petites choses, où je suis, si mes mains sont bien au bout de mes bras et ma tête… des petites choses. Et après tranquillement me faire quelque chose à manger, du léger et délicat, de la nourriture de garçon seul… tout seul !
Et c'est comme ça que dans la cuisine de ma chambre je me suis fait une omelette de célibataire…
Omelette aux chips au parmesan et aux cives…
Ingrédients : 6 gros œufs – 60g de chips – 45g de parmesan en copeaux – 5 ou 6 cives (ou 2 ou 3 oignons nouveaux) – 15g de beurre – du poivre (pas de sel à cause de chips !)
Emincez assez finement les cives.                                                                         
Battez les œufs dans un saladier.
Mettez le beurre à chauffer dans une petite poêle.
Quand le beurre commence à mousser joliment ajoutez tous les autres ingrédients dans le saladier et mélangez rapidement. Versez dans la poêle et laissez cuire. Vous pouvez à la fin  poser un couvercle sur la poêle pour finir la cuisson à cœur, mais comme j'aime les belles baveuses (je sens que tu vas aimer traduire ça Maï,-)) je ne l'ai pas fait.
Mangez sans attendre une omelette ça n'attend pas !
Après ça, après avoir retrouvé ma tête et tout le reste, je peux descendre, apprécier l'accueil chaleureux et attentif des gens qui peuplent l'établissement. Je peux même répondre à leurs sourires et me jeter dans la rue pour affronter la ville… parce que je sens que l'ours va avoir de nouveau faim très vite ! Mais ça c'est une autre histoire…
Je vous rappelle que vous pouvez suivre mes aventures sur CitadinesMoments #30 et voter pour moi et peut-être ainsi avoir vous aussi une chance de gagner un des séjours en jeu à l'occasion de ce trentième anniversaire de Citadine !
Article sponsorisé

Mais pourquoi, bon je pars à gauche ou à droite… enfin si je retrouve la droite et la gauche… est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 26 septembre 2014

Direction la Crète ! Et si un cake à l'orange et à l'huile d'olive devenait ma gourmandise préférée de l'hiver ?

Avec l'huile d'olive, comme avec bien des aliments qui me renvoient vers cette Espagne de mes origines, ma famille et surtout ma mère, j'ai une drôle de relation où attirance et répulsion se sont suivies et même mélangées au fil des années.
Mais bon, avec les années j'ai fini par apaiser mes guerres intérieures et comme ma mère n'est plus là pour les rallumer, je me suis réconcilié avec bien des choses et des gens. L'huile d'olive a ainsi repris une place dans mon alimentation, une place même importante aujourd'hui, puisque je la mets maintenant pratiquement à toutes les sauces.
Il m'arrive même discrètement, les miens au fil des générations n'ayant au mieux plus qu'un quart d'estomac hispanique et donc une résistance toute relative, de faire sauter un steak ou des oeufs frits à l'huile d'olive.
Du coup quand Arnaud Gillet m'a proposé de goûter son huile d'olive extra vierge, une huile venant de Crête, j'étais entre deux feux, celui de refuser parce que cette origine exotique risquait de faire une entorse à mon hispanitude retrouvée, et celui d'accepter car le garçon a une manière de parler de son huile qui donne l'envie d'y tremper une feuille de salade sans attendre. De plus je me suis souvenu de ces cuisiniers crétois rencontrés il y a quelques années qui parlaient de l'huile d'olive comme de la mère de leur cuisine… il n'en fallait pas plus.
Et j'ai bien fait, parce que j'ai découvert une huile diablement parfumée au point d'avoir l'impression que les olives sont écrasées là juste sous notre nez, avec juste l'acidité et la pointe d'amertume qu'il faut. Et comme en plus d'être agriculteur, d'abord et surtout, l'homme cuisine aussi, j'ai eu envie de passer son huile à l'épreuve du sucré, une épreuve qu'elle a passé haut la main avec cette recette que je lui dois et que j'ai à peine remise à mon goût.
Cake a l'orange et a l'huile d'olive
Ingrédients :
En verres pour le cake  : 2 verres de sucre en poudre -  4 verres de farine - 1 verre d'huile d'olive terre2crete (ou une autre huile bien parfumée) - 2 verres de jus d'orange - le zeste d'une orange – 2càs de zestes d'orange confite haché très fin - 1 càc d'épices à pain d'épices (ou de cannelle en poudre) - 1 càc de bicarbonate (ou de levure chimique – dans la recette originale il y a aussi un petit verre  de Metaxa, un alcool grec  que je n'ai pas utilisé
Pour la couverture glacée : 1càs de blanc d'œuf – 90g de sucre glace – ½ càc de zeste de d'orange très finement râpé

Fouettez dans un saladier le sucre et l'huile d'olive. Mélangez le jus d'orange et le bicarbonate.
Ajoutez le mélange dans le saladier. Ajoutez le zeste et l'orange confite ainsi que les épices et mélangez le tout.
Terminez par la farine et mélangez encore bien.
Versez cette pâte dans un moule huilé et fariné et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une soixantaine de minutes en surveillant la cuisson.
Pendant ce temps mélangez dans un petit bol le blanc d'œuf, le sucre glace et le zeste d'orange. Si jamais le mélange est trop épais, ajoutez un peu de jus d'orange.
Quand le cake est prêt démoulez-le, si vous ne le servez pas tout de suite emballez-le dans du film, sinon arrosez le avec le glaçage et dégustez sans attendre !
Produit offert

Mais pourquoi, retourner en Crète ça serait une bonne idée… est-ce que je vous raconte ça…

Le vendredi c'est retour vers le futur… Trois recettes Catherine Kluger et moi, sinon rien !



Revenir sur ce qu'on a fait par le passé, comme je le fais chaque semaine pour alimenter cet article du vendredi consacré à ce retour vers le futur, est finalement un drôle d'exercice qui me révèle certaines choses que je n'ai pas forcément remarquées au moment où…
C'est comme ça qu'au fil des vendredis j'ai remarqué qu'à certains moment j'avais décidément sans doute besoin de réconfort et de tonnes de chocolat, qu'à d'autres mes recettes montrent une surconsommation étonnante de piment et de gingembre, une utilisation que je ne chercherais pas cette fois à expliquer… Et qu'encore parfois j'allais joyeusement du coq à l'âne en sautant d'un continent à l'autre et en proposant entrées, plats et desserts dans un joyeux désordre… enfin ça, c'est quand même souvent ! Et tout ça au moment même où les choses se font, on ne s'en rend pas forcément compte… pas forcément.
D'autres fois je me réalise que certains de mes p'tits vélos, de mes idées fixes, n'arrêtent pas de tourner au fil des mois et des années. Un peu comme c'est le cas pour Catherine Kluger dont j'ai parlé du dernier livre il y a quelques jours, et dont je me suis dit qu'une petite compilation des recettes qui commencent à s'accumuler par ici pour ce vendredi ne serait pas une mauvais idée du tout, du tout, du tout…
Barres granola chocolat et cranberries
Ingrédients pour environ 6 à 8 barres : 150g de chocolat noir – 10g de lait concentré sucré – 150g de granola (encore une fois j'ai utilisé le granola Kluger) – 30g de cranberries séchées ou d'un autre fruit sec  (raisin, abricots ou figues coupées en petits bouts) - 25g de chocolat blanc
Mélangez dans un petit saladier le granola et les cranberries.
Mettez dans un bol 100g de chocolat noir haché grossièrement et le lait concentré et faites fondre le chocolat. Mélangez rapidement et versez sur le granola au cranberries, remuez bien le tout.
Faites fondre les 50g de chocolat noir restant, et tapissez avec le fond des moules, une petite cuillère à café dans chaque c'est bien.
Utilisez des moules rectangulaires en flexipan, les miens font environ 3cm sur 12. Sinon vous pouvez aussi  utiliser un petit moule et coupez ensuite les barres, faites-les dans ce cas moins hautes ça va être très très difficile à couper.
Répartissez ensuite le granola au chocolat dans les moules, deux centimètres de hauteur c'est bien, et tassez bien.
Terminez en faisant des zibouibouis avec le chocolat blanc fondu.
Après au frais juste le temps de laisser durcir et… à table ! 
Vous pouvez bien sûr utiliser du chocolat au lait voir même du chocolat blanc pour réaliser ces barres.

Drôle de tarte Kluger pois gourmand, fèves et estragon à ma manière
Ingrédients : 1 pâte brisée – 20cl de lait – 7,5cl de crème – 3gros oeufs – 120g de pois gourmands – 120g de fèves fraîches écossées – 1càc d’huile d’olive - 30g de noisettes grossièrement concassées – 2ou 3 branches d’estragon – ½ càc de curry en poudre – sel et poivre
Déposer la pâte dans un moule et faites-la colorer pendant une douzaine de minutes dans un four préchauffé à 180°. Sortez-la du four et badigeonnez au pinceau le fond avec un peu de blanc d’œuf, remettez au four pendant 3minutes de plus.
Pendant ce temps mélangez dans un saladier le lait, la crème et les œufs et battez le tout rapidement, assaisonnez et réservez.
Versez l’huile dans une poêle et faites sauter rapidement les pois gourmands. Versez-les dans le moule puis faites de même pour les fèves.
Saupoudrez les légumes avec l’estragon grossièrement haché, gardez quelques belles feuilles pour la fin.
Saupoudrez ensuite avec le curry, salez et poivrez généreusement.
Versez le mélange de lait, d’œuf et de crème. 
Parsemez ensuite les noisettes, puis les feuilles d’estragon restantes.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 35minutes. Mangez dès la sortie du four avec une belle salade de roquette pour rester dans le vert… vert !
Cookies croquants au granola et chocolat
Ingrédients pour 12 cookies : 150g beurre - 220g sucre roux - 250g farine - 140g chocolat noir  - 1 œuf - 100 g de granola Kluger (vous pouvez le remplacer par un autre granola mais celui-là est tellement bon…) - 5g levure
Préchauffez le four à 160°.
Battez ensemble le beurre et le sucre roux jusqu'à obtenir une pâte homogène. Ajoutez l'œuf et battez de nouveau. Mélangez la farine avec la levure. Incorporez la farine et la levure au mélange précédent.
Faites fondre le chocolat et ajoutez-le à la pâte, n'insistez pas trop, le mélange doit garder un aspect marbré. Ajoutez le granola en mélangeant rapidement.
Si la pâte est trop molle pour la travailler, mettez-la au frais quelques minutes.
Faites des boules grossières de pâte d'environ 60g et posez-les au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé en les espaçant bien, ne mettez pas plus de 9 cookies sur une même plaque.
Faites cuire au four pendant 15 minutes. Laissez refroidir et mangez...

Mais pourquoi, bon et si je me faisais une petite tarte en arrivant à Londres ??? est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 24 septembre 2014

Londres, Barcelone et Bruxelles et si vous nous redécouvrions ces villes ensemble ? Citadines Moments #30 ça commence vendredi… et plein de séjours à gagner !

Il y a des villes que j'aime… Je suis né à Paris, une ville que j'aime, et peut-être à cause d'elle ça les villes ont toujours été plus mon territoire que les endroits où pousse le vert, que la campagne quoi… Il y a des villes que j'aime Londres, Barcelone, Bruxelles… et bien d'autres bien sûr, mes ces trois-là ont un goût particulier pour moi, il faut dire que chacune me ramène à une tripotée de souvenirs.
Mais les villes ont ça de particulier de ne jamais s'arrêter, d'être toujours en mouvement, de changer, changer, changer…  Du coup mes souvenirs d'hier ne sont souvent plus que ça, juste à moi. Et quand je retourne dans chacune d'elle je découvre encore et encore de nouveaux endroits, de nouveaux lieux et c'est peut-être pour ça que j'aime autant les villes, elles empêchent de m'enfermer dans la nostalgie, même si certains souvenirs resteront toujours ancrés en moi, et m'invitent à une découverte incessante.
J'aime Londres, Barcelone et Bruxelles, et ça tombe bien parce que ce sont ces trois villes que je vais rejoindre pour quelques jours sans doute assez frénétiques pendant le Citadines Moments #30
Mais d'abord si on parlait un peu du Citadines Moments #30…
A l’occasion de ses 30 ans, Citadines Apart’hotel lance une grande aventure du vendredi 26 septembre au dimanche 5 octobre 2014: Citadines Moments #30 ! 4 blogueurs-reporters, dont je fais parti e, vont vous faire découvrir à travers leur périple quelques-unes des grandes villes d’Europe, façon Citadines Apart’hotel. Depuis ces appartements équipés pour vivre « comme à la maison » où je vais donc faire comme à la maison et cuisiner, cuisiner, cuisiner... Enfin ça et quelques autres choses…
Et vous qu'est-ce que vous faites dans cette aventure ?
D'abord vous pouvez jouer en suivant votre blogueur ou blogueuse favorite et en votant pour lui ou pour elle sur le site de l'aventure Citadines Moments #30. Et comme ça participer au tirage au sort pour tenter de remporter l’un des 15 week-ends pour 2 personnes dans une résidence Citadines Apart’hotel ! Ou peut-être serez-vous celui ou celle qui se verra même offrir un voyage de 7 jours pour 2 personnes dans la résidence Citadines Apart’hotel européenne de son choix !
Ensuite en m'aidant à découvrir ces trois villes dans lesquelles je vais passer quelques jours, trois jours dans chacune, Londres, Barcelone, Bruxelles en me confiant vos idées, vos adresses… ou pourquoi pas, en m'accompagnant dans ces lieux si vous y êtes au même moment que moi ! Et même, mieux encore, venir cuisiner avec moi… Voilà tout ce que vous pouvez faire pour participer vous aussi aux Citadines Moments #30 !
Et comme vendredi je serai à Londres, j'ai cherché une recette de par là-bas dans mes archives, une recette qui me fasse vraiment penser à l'Angleterre et…
Le Red'Crum'pud', le pudding crumble aux fruits rouges
Ingrédients pour un moule d'environ 20x20cm :
Pour le pudding au pain : 1 dizaines de tranches de mie blanc – 25g de beurre – 4 jaunes d'œufs – 90g de sucre – 10cl de lait – 20cl de crème –
Pour le crumble : 60g de poudre d’amande – 30g de sucre – 30g de farine – 30g de beurre – 30g d’amandes effilées

Pour les fruits : 1 quinzaine de framboises grossièrement hachées – 2càs de cassis
Beurrez le pain et le couper en diagonales, pour former des triangles.
Disposez  les triangles comme sur la photo, la base en bas et en les décalant entre chaque rang, leur pointe doit dépassez légèrement du moule. Comblez les côtés avec de petits morceaux de tranches.
Préparez ensuite la sauce. Faites tiédir ensemble le lait et la crème au micro-ondes.
Mélangez les jaunes d'œufs avec le sucre.
Versez le mélange crème - lait sur les jaunes au sucre en mélangeant constamment.
Versez le tout sur le pain, attendez cinq minutes jusqu'à ce que le pain soit bien imbibé.
Pendant ce temps préparez le crumble.
Versez dans un saladier la poudre d’amande, le sucre et la farine. Coupez le beurre en petits cubes, il doit être bien froid. Ajoutez-le au mélange précédent et incorporez-le avec le bout des doigts jusqu’à obtenir une sorte de sablé grossier. Ajoutez alors les amandes effilées.
Ajoutez les fruits sur le pain puis saupoudrez le tout avec le crumble.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une vingtaine de minutes.
Laissez ensuite tiédir et servez avec un peu de crème.
Article sponsorisé

Mais pourquoi, bon je me demande ce que je vais bien pouvoir commencer par cuisiner… est-ce que je vous raconte ça…

mardi 23 septembre 2014

Catherine Kluger sort son nouveau livre et c'est toujours une bonne nouvelle ! Et tartelettes furieusement chocolat pour fêter ça…

J'ai eu la chance de rencontrer plein de gens depuis que j'ai ouvert mon blog, des gens talentueux, passionnés, inventifs, professionnels ou amateurs…  Et parmi toutes ces jolies rencontres des fois, de rares fois, il s'est passé un petit truc de plus, comme une sorte d'affection amicale est apparue…  

J'ai rencontré Catherine Kluger pour la première fois il y a quelques années et dès cette première rencontre j'ai aimé la démarche et la passion de la tartelière, sans doute parce que j'ai toujours eu l'impression qu'elle avait une gourmandise réjouissante à faire les choses. Par la suite je l'ai retrouvée de loin en loin, de sortie de livre en nouvelles adresses et je dois dire que nos petits échanges, souvent rapides, ont toujours été un plaisir pour moi.
Et voilà qu'un nouveau livre arrive, La fabrique de tartes sorti chez Marabout, un livre qui ressemble peut-être encore plus que les autres à ce que fait Catherine, des tartes bien sûr, mais pas seulement et surtout pas n'importe lesquelles, ce sont bien les siennes, aucun doute en feuilletant le livre.
On y retrouve donc tout ce qui fait sa fabrique, les tartes salées osent aller où les tartes vont rarement en mélangeant les goûts, les saveurs et les textures comme dans ces tartes au saumon fumé épinard et baies roses ou encore butternut balsamique et oignons caramélisés. Mais aussi ses de redoutables tartes sucrées, aussi originales que savoureuses. Et j'ai déjà bien envie de découvrir celle à la grenade et rose,  son flan au épices indiennes chaï ou cette autre tarte à l'orange cardamome meringue et gingembre… et  bien bien d'autres…
Et pour fêter son nouveau livre j'ai eu envie d'une tarte au chocolat avec beaucoup de Catherine et un peu de moi...
Tartelettes furieusement chocolat
Ingrédients :
La pâte : 240g de farine – 90g de sucre glace – 30g de poudre d'amande – 120g de beurre demi-sel bien froid– 1 gros œuf – 1càs de cacao en poudre
Pour la garniture : 100g de chocolat noir – 75g de beurre demi-sel – 3 œufs, blancs et jaunes séparés – 120g de sucre en poudre – 20g de cacao en poudre
Pour la ganache :  200g de chocolat noir – 180g de crème liquide entière – 20g de beurre
Préparez la ganache. Cassez le chocolat dans un saladier et faites chauffer la crème et le beurre au micro-ondes. Quand elle est bien chaude versez la sur le chocolat, couvrez d'une assiette et laissez comme ça pendant deux ou trois minutes. Fouettez la ganache et mettez-la au frais jusqu'au moment de déguster les tartelettes.
Mélangez la farine, le sel, la poudre d'amande et le sucre glace. Coupez le beurre en petits morceaux et mélangez-le du bout des doigts jusqu'à obtenir un joli sablé. Battez l'œuf et incorporez-le rapidement à la pâte.
Filmez la pâte et mettez-la au frais pendant une heure.
Etalez la pâte bien finement et couvrez-en des petits moules beurrés et farinés. Couvrez d'un papier sulfurisé et de poids de cuisson, et enfournez pendant 15 minutes dans un four préchauffé à 180°.
Retirez du four et laissez refroidir.
Préparez la garniture.
Faites fondre le chocolat et le beurre au micro-ondes. Fouettez ensemble les jaunes et le sucre, jusqu'à obtenir un mélange onctueux. Incorporez le beurre au chocolat fondu puis le cacao.
Fouettez les blancs en neige et incorporez-les délicatement à la maryse au mélange précédent.
Garnissez les tartelettes avec cette crème onctueuse et légère.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 30 minutes.
Sortez les tartelettes et laissez-les à peine tiédir puis garnissez-les d'une belle cuillère à soupe de ganache et mangez sans attendre.


Mais pourquoi, et dire que j'ai loupé Elise et Catherine ce soir… une autre fois j'espère ! Est-ce que je vous raconte ça…

lundi 22 septembre 2014

Et si vous passiez un CAP Cuisine avec le CNED à distance ???

Il y a quelques années j'ai eu envie d'un peu de changement dans ma vie, c'est quelque chose que j'attrape assez régulièrement, j'avais à ce moment-là envie de devenir peut-être enseignant ou peut-être…  Le problème c'est qu'à l'époque j'avais pour toute ligne au niveau scolaire " a essayé de passer un CAP de comptabilité pendant 2ans½ avant de renoncer " et ça risquait de faire juste face à mes projets.
Du  coup j'ai dû me rendre à l'évidence, il fallait que j'y retourne, il fallait que j'aille de nouveau apprendre.
Le problème c'est que passer son bac à l'âge que j'avais alors était loin d'être évident. Difficile d'aller s'asseoir sur les bancs à côté de mes enfants, difficile de travailler et d'apprendre en même temps. J'avais besoin d'avoir un apprentissage un peu à mon rythme, pas n'importe comment, juste quelque chose qui m'allait et qui m'aide à me remette en route… Et c'est là que j'ai commencé à étudier avec le CNED.
Et à la fin de cette histoire-là, poussé par ces premiers apprentissages avec le CNED j'ai continué, continué jusqu'à écrire une nouvelle ligne sur mon niveau scolaire " a essayé de passer une thèse de sociologie pendant 2ans½ avant de renoncer ". Une nouvelle fois j'avais renoncé mais cette fois sans regret, ni remords et avec la certitude d'être arrivé au bout de mes envies. Et ce chemin je le dois en grande partie au CNED qui au début a éclairé ma route et m'a appris comment y progresser.
Aujourd'hui ma vie a de nouveau changé et la cuisine a envahi mes journées et même quelques-unes de mes nuits. Je suis un cuisinier autodidacte, un de ceux qui a appris dans le fond de ses propres gamelles. Le problème c'est qu'au bout d'un moment on aimerait bien ne plus être si seul à apprendre… Et peut-être aussi apprendre bien des choses que l'on peut difficilement apprendre seul, tout ce que l'on apprend en passant un CAP cuisine
Le problème c'est que passer son CAP de cuisine à l'âge que j'ai maintenant, c'est loin d'être évident… Sauf qu'une nouvelle fois la solution pourrait bien venir du CNED…
En effet le CNED propose une formation au CAP cuisine, une formation à distance complétée par un stage de 14 semaines.
Alors si vous voulez tout savoir de cette formation dont les inscriptions se déroulent du 01/07/14 au 31/03/15 et qui vous préparera aux trois épreuves du CAP : approvisionnement et organisation de la production culinaire (étude de cas écrite), productions culinaires (épreuve pratique), communication et commercialisation (épreuve orale). N'hésitez pas à vous renseigner, peut-être juste parce que vous êtes passionné de cuisine ou peut-être parce que vous aussi, vous rêvez de changer de vie… en tout cas c'est ici que vous trouverez toutes les réponses : Le CAP cuisine par le CNED.
Article sponsorisé 


Mais pourquoi, bon et après un p'tit salon de thé… est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 21 septembre 2014

Le dimanche ça boulange ! P'tits pains à l'ail et aux herbes…

Ça fait quelques dimanches que je ne me suis pas amusé à faire du pain.

Mais en fin de semaine, je pars en vadrouille pour une dizaine de jours qui vont me faire passer par Londres, Barcelone et Bruxelles, je vous en reparle d'ailleurs très vite, une dizaine de jours pendant lesquels je vais être donc loin de chez moi, j'ai eu envie de refaire du pain. Un peu comme si je voulais laisser cette odeur, celle du pain, jusqu'à mon retour, un peu comme si je voulais les empêcher de m'oublier trop vite…
La recette du jour qui va embaumer votre cuisine je la dois à Jen chez qui j'ai trouvé une recette de  délicieux easy garlic parmesan butter breadsticks que j'ai remis un peu à mon goût et à nos mesures. D'ailleurs si vous avez un moment, n'hésitez pas à passer chez Jen, sur Carlsbad Cravings, elle vous donnera autant envie de croquer la vie que ses recettes !
P'tits pains à l'ail et aux herbes…
Ingrédients : 450g de farine – 30cl d'eau tiède – 1càs de levure de boulanger déshydraté – 1càs de miel liquide assez neutre – 1càc de cristaux de sel ou de sel fin - 60g de parmesan râpé très fin – 60g de beurre - 6 tiges de persil, de basilic et d'origan – 1 gousse d'ail - poivre
Mettez dans un mixer les feuilles de toutes les herbes et l'ail, et mixez finement le tout.
Mélangez avec le parmesan.
Commencez par verser dans la cuve d'un batteur équipé d'un crochet, l'eau, la levure et le miel. Donnez quelques tours de batteur puis laissez reposer 5 minutes.
Ajoutez la farine et le sel puis faites tourner le batteur pendant 5 minutes à petite vitesse.
Ajoutez un tiers du mélange d'herbes, d'ail et de parmesan et donnez quelques tours de batteur.
Versez la pâte sur une table bien farinée et partagez-la en 8 parts. Faites une boule avec chaque part.
Etirez ensuite les boules en longueur de manière à obtenir des ficelles d'environ 25cm et laissez reposer une dizaine de minutes.
Pendant ce temps faites chauffer une plaque à four d'environ 28cm sur 40 et quand elle est bien chaude posez-y le beurre coupé en morceaux. Il va donc fondre.
Posez sur la plaque beurrée les ficelles de pâte et retournez-les pour les beurrer de tous les côtés.
Parsemez sur les ficelles les deux tiers du mélange d'herbes, d'ail et de parmesan.
Enfournez dans un four préchauffé à 200° pendant une vingtaine de minutes en surveillant bien la cuisson.
Quand c'est cuit laissez tiédir et dégustez encore croustillant. Je n'ai pas fait le teste, tout à été mangé à peine sorti du four, mais je ne pense pas que ce pain se garde trop longtemps, juste le temps d'un apéritif donc…


Garlic and herbs little breads
Ingredients: 450g flour - 30cl lukewarm water - 1 Tbsp dried yeast - 1 Tbsp neutral runny honey - 1 tsp salt crystals or regular salt - 60g very finely grated Parmesan cheese - 60g butter - 6 sprigs parsley - 6 sprigs basil - 6 sprigs oregano - 1 clove garlic - pepper
In a food processor, finely chop all the herbs - leaves picked - and garlic.
Mix with the Parmesan cheese.
In the bowl of your mixer, hook on, pour the water, yeast and honey. Give a few stirs and let rest for 5 minutes.
Add the flour, the salt and mix on low speed for 5 minutes.
Add a third of the herby-garlicy Parmesan and give another few stirs.
Put the dough on a working surface dusted with flour. Divide into 8 equal parts and make balls with them.
Stretch the balls into 25cm long bread sticks shape. Let rest for 10 minutes.
In the meantime, heat up a 28x40cm baking sheet. When it’s nice and hot put the butter cut into parcels and let it melt.
Put the bread sticks on the buttered tray. Turn them to coat them with butter on all sides.
Sprinkle 2/3 of the herbs & Parm’ mix.
Bake in the oven, preheated at 200°C/400°F for 20 minutes, keeping an eye on them.
When it’s done, let warm down and serve still crunchy. I can’t tell for sure because they all disappeared in a blink but I doubt you can keep them for long.

Mais pourquoi, bon une valise pour dix jours c'est un camion non ??? est-ce que je vous raconte ça…