samedi 13 février 2016

Le samedi c'est retour vers le futur... Allumettes choco'noisettes !

J'ai eu la chance de pousser dans une maison avec un jardin, un jardin sans doute plus petit que dans mes souvenirs, mais un jardin quand même, et avec des arbres assez grands pour que je monte dedans. Et c'est sur ces arbres-là, et surtout sur un lilas qui à l'époque était capable de me supporter, que j'ai commencé à prendre des habitudes d'écureuil. Hé oui j'ai aussi quelques gènes d'écureuil qui traînent en moi...
C'est là où j'ai commencé à planquer de la bouffe pour mes escapades imaginaires. C'est que sans provisions passer un après-midi à s'imaginer attaqué par une tribu de machin-pithèques alors que j'étais juste armé d'un coutelas en ivoire et de ma jujotte de fils des âges farouches, eh bien ça se révèle bien bien difficile. Et franchement être le fils de Crao et en même temps aller demander à ma mère du pain et du chocolat...
Du coup, je stockais comme un écureuil quelques denrées de survie, et mon lilas prenait souvent des allures de garde-manger. Je les planquais comme un écureuil d'autant plus qu'il n'y avait pas que les machin-pithèques qui me traquaient, il y avait aussi le terrible monfrèreraptor ! Enfin c'était un autre temps... farouche.
Et depuis j'ai gardé une curieuse habitude de planquer des petites provisions un peu partout, des provisions qu'il m'arrive de retrouver en tirant un livre de ma bibliothèque culinaire ou en cherchant une paire de chaussettes non dépareillées, et bien sûr quand je les retrouve la date de péremption elle aussi semble venue des âges farouches... va savoir pourquoi je fais encore ça, peut-être par crainte que les machin-pithèques reviennent...
Tout ça pour dire qu'en cherchant ma recette du jour sortie de mes archives en voyant ces allumettes-là l'écureuil qui sommeillait en moi s'est réveillé subitement !
Allumettes choco-noisettes
Ingrédients : 1carré de pâte feuilletée de 250g – 120g de chocolat noir (vous pouvez aussi utiliser du chocolat au lait) – 30g de noisettes – 1 jaune d'œuf
Etalez votre pâte bien fin, comme pour une tarte, de manière à avoir un rectangle d'environ 28cm sur 30. Coupez 4 bandes de 7cm sur 30.
Hachez le chocolat grossièrement et les noisettes assez finement.
Faites une ligne de chocolat dans la longueur sur chaque bande en l'alignant près d'un bord. Répartissez la moitié des noisettes sur le chocolat.
Avec un pinceau badigeonnez l'autre côté des bandes, puis roulez vos bandes de manière à obtenir un rouleau bien fin, la jointure devant se retrouver en dessous. A ce moment-là il vaut mieux avoir quatre mains ou des gènes de poulpe !
Pincez vos rouleaux au bout pour fermer les extrémités.
Badigeonnez vos rouleaux d'œuf et parsemez les noisettes restantes par-dessus.
Passez dans un four préchauffé à 180° pendant 20 à 25 minutes en surveillant.
Mais pourquoi, je me demande si finalement je ne vis pas avec un zoo en moi... est-ce que je vos raconte ça...

vendredi 12 février 2016

Le vendredi c'est No'Meat'Today... Mes p'tites barres pleines d'énergie aux noisettes aux dattes et au chocolat... fumé !

Je l'ai toujours dit par ici au niveau du réglage de mon thermostat interne j'ai un petit problème qui me laisse penser que parmi mes ancêtres il devait y avoir un pingouin ou deux. Mais ce n'est pas le seul animal qui a dû croiser ma famille... Parce qu'au niveau de l'appétit c'est plutôt un hamster ou deux qui ont sans doute croisé les miens !
Je suis un rongeur dans l'âme et il n'y a pas un jour qui passe sans que je sois en train de grignoter un truc ou un machin qui traîne par là et que je me retrouve avec des joues de... hamster ! Et faut le dire, souvent je mange ce que j'attrape, tout ce que j'attrape. Du coup je me suis dit qu'aujourd'hui, en ce jour consacré au No'Meat'Today, ça ne serait pas une si mauvaise idée si je préparais des p'tites barres que je pourrais manger sans le moindre remord... bien que souvent d'ailleurs je n'ai pas de remord mais seulement de l'appétit !
Et voilà comment après m'être un peu trituré l'esprit j'ai eu envie de mettre ensemble dattes, noisettes et chocolat et un je ne sais quoi de goût fumé... Et comme d'habitude le vendredi ingrédients bio de rigueur !
Mes p'tites barres pleines d'énergie aux noisettes aux dattes et au chocolat... fumé !
Ingrédients pour 6 belles barres : 150g de dattes du type medjool (poids sans noyaux) – 60g de noisettes entières – 150g de chocolat noir bien noir – 1càc bien pleine de cacao en poudre – quelques pincées de thé noir fumé du type Lapsang Souchong réduit en poudre (pour réduire  le thé en poudre je l'ai moulu au moulin à café)
Commencez en torréfiant les noisettes pendant une dizaine minutes dans un four préchauffé à 180°. J'aime les noisettes torréfiées mais ce n'est pas obligatoire, à vous de voir.
Continuez ensuite en mixant bien finement les dattes et ensuite plus grossièrement les noisettes, j'essayerais sans doute de laissez des demi-noisettes la prochaine fois.
Mélangez les dattes, les noisettes, le cacao et le thé fumé, insistez bien, il faut obtenir une pâte homogène.
Tassez la pâte obtenue dans des petits moules rectangulaires en tassant bien bien avec le dos d'une cuillère.
Mettez au congélateur une trentaine de minutes. Pas plus sinon quand vous allez plonger vos barres dans le chocolat il risque de faire durcir le chocolat trop vite.
Pendant ce temps, faites fondre le chocolat dans une assiette creuse.
Quand les barres ont suffisamment durci, passez-les rapidement dans le chocolat à l'aide de deux fourchettes puis enlevez le chocolat de trop. Déposez les barres sur une plaque couverte de papier sulfurisé et mettez au frais une paire d'heures.
Ensuite thé logiquement ou café parce que je reste très café ! Par contre ne faites pas comme moi ne déposez pas votre barre sur votre café brûlant sinon...
Mais pourquoi, bon faut pas que j'en mange plus d'une à la fois... une par joue... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 11 février 2016

Gâteau crumble praliné parce que j'aime fondre et croquer en même temps...

Ceux qui passent par ici le savent pour moi le croquant et le fondant sont des p'tites faiblesses auxquelles je ne sais pas trop résister ! Dès que j'ai un gâteau qui sort du four pour peu qu'on me laisse tout seul en sa compagnie je finis toujours par lui mettre un tas de trucs et de machins sur la tête histoire qu'il ne soit pas juste fondant sous la langue mais aussi croquant sous la dent.
Je reçois pas mal de livres et souvent je me laisse convaincre au fil des pages. Quand j'ai ouvert le livre de Eva Harlé très justement intitulé Crumb Cake paru dans la collection Les petites recettes Hachette il n'en a pas été de même. Là, l'évidence que je tenais un livre tout à fait pour moi est apparue après... une page !
Il faut dire qu'il y a là tout pour me plaire, des belles recettes simples mais pas simplettes, quelques belles idées au niveau du goût et des saveurs, et surtout surtout cette si bonne idée que j'aurais aimé avoir, proposer du fondant moelleux, le gâteau dessous et du croquant très croquant, le crumble dessus. A tel point que j'ai renoncé à marquer la liste de mes envies au risque de marquer pratiquement toutes les pages...
Et la première recette dont j'ai eu envie était furieusement noisette à laquelle j'ai eu envie de donner un côté très très praliné !
Gâteau crumble praliné
Ingrédients :
Pour le gâteau : 60g de beurre bien mou – 90g de sucre en poudre – 2 oeufs jaunes et blancs séparés – 9cl de lait – 60g de poudre de noisettes – 60g de praliné en poudre  – 90g de farine - ½ sachet de levure chimique
Pour le crumble : 90g de beurre froid – 90g de sucre roux en poudre – 20g de poudre de noisettes – 20g de praliné en poudre – 90g de farine
Pour le dessus : 60g de noisettes entière – 2càs de sucre en poudre
Pour faire le praliné en poudre prenez du praliné grain, on trouve ça au rayon des produits pour pâtisserie ou dans celui des noix, puis mixez jusqu'à les réduire en poudre.
Commencez par préparer le gâteau. Mélangez dans un saladier le beurre et le sucre en poudre. Ajoutez les jaunes et fouettez le tout. Ajoutez alors le lait, la poudre de noisette et le praliné en poudre,la farine tamisée et la levure chimique.
Montez les blancs en neige bien ferme et incorporez-les dans la pâte à gâteau.
Versez dans un moule beurré et fariné, je vous conseille même de mettre un disque de papier de cuisson au fond du moule, d'environ 24cm.
Préparez alors le crumble. Mélangez du bout des doigts dans un saladier le beurre, le sucre en poudre, la poudre de noisettes et le praliné en poudre et la farine jusqu'à obtenir un joli sablé.
Etalez le crumble sur le gâteau.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 35 à 40 minutes en le surveillant pour que le crumble ne colore pas trop et que le gâteau soit cuit.
Pendant la cuisson de votre gâteau crumble faites fondre en caramel le sucre ne poudre dans une poêle anti-adhésive. Dès qu'il a pris une jolie couleur caramel ajoutez les noisettes remuez-les bien dans le caramel et retirez du feu. Versez de suite sur une plaque couverte de papier de cuisson et laissez refroidir. Quand les noisettes sont froides hachez-les très grossièrement.
Quand le gâteau est cuit laissez-le refroidir puis démoulez-le. Juste avant de le déguster jetez les noisettes caramélisées dessus. Après il ne vous reste plus qu'à savoir si vous allez commencer par croquer ou par fondre...
Mais pourquoi, bon et tu fonds ou tu croques ? est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 10 février 2016

Ruben, un camembert, un apéro et moi... Cornets croustillants au camembert et aux groseilles !

Quand on me demande ce que j'aime particulièrement faire quand je cuisine, je pense d'abord à tout un tas de trucs et de machins, à des manières de faire et des ingrédients, à des plats et... bien d'autres choses donc... Et puis j'ai ma machine à souvenirs culinaires qui se met en marche, je me remémore mes bons moments, et je finis presque toujours par faire la même réponse... En cuisine ce que j'aime particulièrement c'est m'amuser !
Je crois que si je ne m'amusais plus en cuisine ça ferait longtemps que j'aurais rangé mes couteaux et que je serais passé à autre chose, mais par chance, hier comme aujourd'hui, en cuisine je m'amuse encore.
Je m'amuse avec ceux avec qui je partage la cuisine et aussi avec ce que je mets dans les assiettes, et si je devais me souvenir d'une seule chose de la journée que j'ai passée avec Ruben Sarfati, grâce aux Ateliers Top Chef menés par Président, c'est que nous avons passé la journée à cuisiner en nous amusant !
Et c'est comme ça que j'ai découvert la deuxième recette proposée par Ruben, une recette où il a décidé d'associer du kiwi, des groseilles, des feuilles de brick et bien sûr un Président,d'ailleurs vous pouvez retrouver la recette sur les ateliers Président Top chef, et c'est cette recette-là que j'ai mise aujourd'hui à ma sauce !
 
Cornets croustillants au camembert et aux groseilles
Ingrédients :1 camembert Président – 20g de beurre fondu – 4 feuilles de brick – 4càc de gelée de groseille - 2 ou 3 branchettes de groseilles
Coupez en 2 les feuilles de brick puis badigeonnez-les de beurre fondu au pinceau.
Remplissez un pot de confiture vite à moitié de semoule fine, de riz ou de poids de cuisson.
Roulez les feuilles de brick de manière à obtenir des cônes. Plantez les cônes au fur et à mesure dans le pot de confiture. Si vos cônes ne tiennent pas bien plantez des petits piques à brochette en bois à côté de manière à les utiliser comme des tuteurs.
Coupez le camembert en 8 puis allongez chaque morceau de manière à pouvoir les déposer dans les cônes de brick.
Ajoutez ½ càc de gelée de groseilles dans chaque cône puis enfournez-le pot de confiture dans un four préchauffé à 180° pendant une vingtaine de minutes.
Laissez tiédir puis déposez 3ou 4 groseilles dans chaque cône juste avant de déguster.
Et maintenant je vais vous proposer de gagner 10 mallettes d'ustensiles de cuisine Top Chef d’une valeur d'environ 115€ chacune comprenant : - 1 mandoline - 1 zesteur à poignée - 4 cercles de dressage - 1 poche à douille - 1 poire à sauce – 1 cuillère silicone-inox... de quoi s'amuser en cuisine !
Pour tenter de gagner une de ces 10 mallettes c'est très simple, il vous suffit d'indiquer dans un commentaire avec quels ingrédients vous aimeriez associer le camembert pour un apéro camembert ! Des groseilles ou des brioches, une épice ou... ce que vous voulez !
Ensuite la main la plus innocente de chez moi s'occupera de tirer au sort 10 participants qui recevront donc cette mallette d'accessoires culinaires. Vous avez jusqu'au vendredi 19 février à minuit pour participer ! A vous de jouer !
N'oubliez pas d'indiquer votre mail ! Et si vous voulez éviter de le laisser visible, écrivez votre commentaire sans mail, faites un copié/collé et envoyez-moi le message à l'adresse suivante : doriancuisine@free.fr. Et si je n'ai pas de mail, tant pis, mon hamster tirera quelqu'un d'autre au sort.
Article sponsorisé
Mais pourquoi, je me demande quel ingrédient me fait envie maintenant... est-ce que je vous raconte ça...

And the winners are... Ils sont invités au Taste of Paris !

Merci à vous toutes et tous d'avoir joué une nouvelle fois le jeu ! J'aurais encore une fois préféré faire comme Jacques Martin du temps où il faisait chanter des hurleurs en culottes courtes et qu'il annonçait à la fin que tout le monde avait gagné...
Mais mon hamster, qui pour mémoire n'est pas un petit animal à poils longs... quoique... mais le surnom de mon fils, a donc tiré au sort de sa main innocente deux d'entre vous parmi vos commentaire et c'est donc...
Floriane TOINARD
peu m'importe le jour pourvu que le goût y soit !
Qui a gagné deux places pour vendredi soir
Et
wilfried tabareau
Bonjour cher Dorian ,le 14 février serait parfait et ce pour deux raisons:elle me permettrai de faire plaisir à ma femme pour la Saint Valentin mais aussi d'éviter le repas qu'elle à décidé de me concocter(elle à pas cuisiné depuis 8 mois....)j'espère que ton hamster aura pitié de moi.
Bonne journée à toi.

Qui a gagné deux places pour dimanche

Merci donc à vous et bien sûr à Maille qui vous offre ces invitations et que vous pourrez bien sûr retrouver sur Taste of Paris !
Mais pourquoi, qui se souvient encore de Jacques Martin d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 9 février 2016

La maison Rostang, Nicolas Beaumann, Taste of Paris et saint-Jacques rôties, endives caramélisées et crème de châtaignes !

Certains restaurant sont plus que de simples endroits où l'on va pour manger, ils sont devenus au fil du temps de véritables institutions et la Maison Rostang est une de ces institutions parisiennes. 
Peut-être à cause de ça, du poids de l'histoire du lieu et de sa réputation, je n'avais pas encore mis mes fesses sur une des chaises de cette vénérable maison, peut-être la crainte de ne pas y trouver ma place...
Et puis on m'a invité à m'y rendre pour rencontrer Nicolas Beaumann, l'homme qui tient maintenant les fourneaux de l'établissement avant de le retrouver au Taste of Paris, on m'a invité à cette rencontre et aussi à m'y mettre à table...
Nicolas Beaumann a donc depuis quelques années pris place dans la cuisine tenue pendant bien bien longtemps par Michel Rostang. Et j'ai donc eu la chance d'écouter Nicolas Beauman me raconter ce passage de témoin, son respect pour ce qui avait été installé par Michel Rostang mais aussi sa volonté de mettre sa sauce dans les casseroles du créateur de la maison.
J'ai écouté parler le chef de sa cuisine, de fraîcheur et d'innovation, de cuisson vapeur et de cuisson basse température, des cuissons qui ont changé la cuisine, de respect des produits et de sauces onctueuses, de végétal et de gourmandise, de tradition et de modernité et aussi de ce drôle de pari dans lequel il se laissait pour la première fois participer à Taste of Paris.
Et il nous a encore raconté ce qu'il allait y préparer et comment il allait cuisiner tout ça, un exercice bien différent de celui qui fait son quotidien, de son envie de partager et de faire découvrir la cuisine de Maison Rostang... et j'ai cru deviner que ce pari-là semblait aussi l'amuser.
Ecouter un chef accessible et habité par sa cuisine comme Nicolas Beaumann est un plaisir qui vous ferait presque oublier de passer à table... presque.
Ce que j'ai aimé dans cette maison, c'est curieux d'ailleurs comme mes craintes de ne pas y trouver ma place s'est vite effacée, sans doute grâce aux histoires du chef mais aussi au service en salle qui fait partie intégrante du repas, et bien sûr grâce à cette cuisine aussi inspirée que gourmande... Ce que j'ai aimé donc c'est justement ce travail invisible de chacun pour qu'à aucun moment vous ne vous sentiez pas à votre place et vous permettre un tête à tête avec votre gourmandise...
En plus j'ai pu me glisser dans les cuisines quelques minutes, et essayer de devenir invisible au milieu d'une impressionnante brigade en action. Une chance rare.
Si vous voulez découvrir cette cuisine et ce chef vous pouvez le retrouver à Taste of Paris et si je n'ai qu'un conseil à vous donner c'est de ne pas hésiter à aller le voir et discuter avec lui, vous verrez qu'il sait passer sa passion aussi bien qu'il mitonne ses plats !
Et je vous propose pour finir une recette de la maison Rostang, une recette que vous retrouverez aussi sur Taste of Paris si vous passez par là.
Saint-Jacques rôties, endives caramélisées et crème de châtaignes
Ingrédients pour 4 couverts :
Pour la crème de châtaignes flambée au whisky : 25g de beurre - 20g d’oignons - 125g de châtaignes cuites - 20g de bourbon - 30g de fond blanc - 25cl de crème liquide - thym
Pour la fondue d’endives caramélisées : 100g beurre salé - 700g endives émincées - 30g de sucre -
1 jus orange - 1/2 jus de citron - 12 noix de Saint-Jacques
Réalisation de la crème de châtaignes flambée au whisky. Emincer les oignons et les faire suer dans le beurre et le thym. Ajouter les châtaignes coupées en morceaux, assaisonner et faire revenir le tout 5 minutes. Arroser avec le bourbon et flamber. Rajouter le fond blanc et la crème liquide à couvert et laisser cuire à feu moyen 30 minutes. Retirer les branches de thym et mixer.
Passer la crème obtenue au chinois.
Réalisation de la fondue d’endives caramélisées. Faire revenir dans le beurre les endives émincées. Assaisonner. Lorsqu’elles ont bien fondu, ajouter le sucre, le jus d’orange et le jus de citron et laisser mijoter quelques minutes de plus.
Cuisson des Saint-Jacques. Faire revenir les noix de Saint-Jacques dans du beurre, 2 minutes de chaque côté, juste pour les saisir et les dorer.
La Maison Rostang Restaurant se trouve au 20 de la rue Rennequin dans le 17e arrondissement parisien.
Et si vous souhaitez découvrir le programme de Taste of Paris et comment réserver vos places n'hésitez pas à cliquer sur l'affiche !


Mais pourquoi, retourner maison... retourner maison ! est-ce que je vous raconte ça...